jeudi 24 juillet 2014


 L’au-delà,  les cœurs, le temps qui passe, la remise en question sur nos schémas de survie, tous se côtoient sur les murs dans un désordre qui laisse ces interrogations venir à nous "l'air de rien".L'idée de notre fin possible à tout moment donne au quotidien une saveur particulière.
La fin, le vide inévitable...... J'ai essayé jusqu'ici de le combler par l'amoureux. C'est pour cela que l'amour danse aussi confortablement avec la mort sur les murs.